Rendu du procès en appel

Ce jeudi nous avons appris la décision de la Cour d’Appel de Nîmes concernant l’avenir de la Borie. Nous sommes expulsables à partir du14 avril prochain, pour plus de détails vous pouvez lire le rendu attaché à cet article.

En réaction, les occupant-e-s de la Borie proposent à leurs soutiens de se réunir samedi 23 février 2019 à 14h à la Borie. 

Nous aimerions discuter de l’organisation de l’avant – pendant – après expulsion avec nos ami-e-s.

A tt à l’heure

Certain-e-s occupant-e-s de la Borie.

DECISION(1)

Rassemblements avant le rendu du procès, samedi 2 et mercredi 6 février 2019

Salut à tout.x.s !

Comme vous le savez peut-être déjà, la Borie est un lieu situé à 5km de Saint-Jean-du-Gard, dans les Cévennes. Il s’agit d’un site de 22 hectares, composé de forêts (essentiellement de chataigners), de prairies, où passe une large rivière (le Gardon), traversé aussi par quelques sources, et habité par de nombreuses personnes (bâtis anciens et habitats légers).

Ce lieu a été le théâtre d’une lutte acharnée (et victorieuse !) dans les années 1980-90 contre la construction d’un barrage hydraulique qui aurait inondé toute la vallée. Depuis cette époque, différentes personnes s’y sont installées, y vivent  encore aujourd’hui, ont entretenu le bâti et les terres, et se sont organisées collectivement pour y faire perdurer un état d’esprit de résistance aux projets industriels et à la marchandisation du vivant.

Certain-es habitant-es y ont ou y ont eu une activité officielle, d’autres s’organisent en autogestion, dans l’ensemble en se mettant d’accord sur les espaces à partager.

En 2008, le site a été racheté par la commune de Saint-Jean-du-Gard
au conseil général (qui avait porté le projet de barrage et
exproprié certain-es habitant-es au début des années 80), et en 2017,
une procédure judiciaire à été lancée pour expulser les
habitant.x.s. Depuis près de 15 ans, aucun projet n’a été mis en
avant par la commune, leur seul objectif étant aujourd’hui – à
notre connaissance – de remettre la main sur ces terres.

Suite aux péripéties judiciaires de l’été, quelques mois furent
grappillés. Mais le rendu du délibéré approche à grand pas ! Il est
prévu pour le 7 février. Alors pour l’occasion, pour recevoir le
rendu du procès, être ensemble, fêter la vie et se préparer aux
temps qui viennent, rejoignez-nous à la Borie !

RASSEMBLONS-NOUS ICI
Samedi 2 février, de midi à pas d’heure, on se rassemble à la borie
pour festoyer, se réunir, s’organiser, discutailler.
Au programme de la journée-soirée : repas vegan, installation sonore
radiophonique avec le bouilleur, concert d’Epilexique à la yourte,
ateliers divers et variés, feu sur la plage etc. (Si vous avez des
envies de choses à faire, un groupe de zik à inviter, etc…
n’hésitez pas ! contact : laborieestcommune@riseup.net)

Mercredi 6 février, au soir, pour être ensemble la veille du rendu, on
s’organise un grand banquet vegan au coin du poêle, suivi d’une
nuit de projections et discussions !

ET PAS LOIN
aux presque-mêmes dates, à la Lézarde (local autogéré au 66
Grand’Rue, Saint-Jean-du-Gard, contact : lézarde@riseup.net),
Dimanche 3 février, 17h30 : soirée de soutien aux luttes contre les
frontières (spectacle, discussion et repas)
Mardi 5 février, midi : repas mensuel de la Lézarde
Et aussi sur les rond-points d’Alès et de Saint-Hippolyte-du-Fort
avec les gilets jaunes !

VENIR À LA BORIE
À Saint-Jean-du-Gard, suivre la direction vallée française. À un
moment dans les tournicotis, un panneau « la borie » sur la droite.
Vous pouvez, pour celleux qui viennent en bagnoles et camtars, vous
garer sur le parking en haut ou devant le portail à l’entrée du
site. Sinon, depuis Saint-Jean-du-Gard, comptez une petite heure à
pied. Le stop fonctionne plutôt bien !

ET RESTER !
La borie est commune et le restera. Plusieurs espaces peuvent être
occupés, notamment un sleeping non mixte. Des discussions (sans tel) se
feront à ces moments pour qu’on organise la suite ensemble !

Vive la borie commune, vive les communes !
Des habitant.x.s

 

Procès La Borie, Acte II

Le 4 décembre 2018, s’est tenu, à la Cour d’appel de Nîmes, le procès en deuxième instance des habitant-e-s de La Borie.

Le rendu du délibéré est prévu pour le 7 février 2019.

En plus de la défense de Delphine MAILLARD et Patrick PASANAU, constituée – avec brio et implication – par Maître NOGAREDE, deux personnes du collectif se sont portées « intervenantes volontaires », et elles ont, elles aussi, déposé des conclusions. Cette intervention s’est faite tardivement (une semaine seulement avant la date du procès en appel), et pour cause : l’avocat avec qui nous étions en lien pour constituer la défense des habitants sur une base politique, n’a, tous simplement, plus donné de nouvelles. Cela faisait du temps que nous cherchions un avocat qui daignerait se saisir de notre affaire, et en voilà un qui avait répondu positivement, on n’y croyait plus. Mais voilà que les vacances d’été ont achevé sa motivation. À la rentrée, il faisait le mort… c’est dire à quel point les squatteur-euses et les précaires intéressent les hommes de lois. Et c’est dire aussi à quel point c’est vulnérabilisant de se défendre sur le terrain juridique quand on est « sans droit ni titre », quand on a pas d’existence sociale autre que le mépris ou la pitié qu’on suscite, quand notre travail n’est pas valorisé puisque non salarié, quand on n’a même pas de quoi s’offrir le luxe d’être opportuniste, et quand notre seule utilité est de servir de contre-exemple pour l’ensemble de la société…

Un mois avant la date de l’appel, un avocat accepte enfin de nous défendre, Maître PERICCHI, même s’il ne sera que postulant, car nous lui faisons une fleur : il n’aura pas se salir les mains en fouillant au cœur de notre histoire boueuse, nous élaborerons nous-mêmes notre défense. Heureusement que nous avons un ami juriste dans notre entourage… Merci à lui.

Nous sommes des gueux et des gueuses, et il semble que nous laisser entrer en Cour d’appel s’apparente un peu à donner de la confiture aux cochons : faut-il considérer cela comme une faveur, ou comme une erreur judiciaire grotesque ? Nous l’ignorons encore, mais qui sait… peut-être traînerons-nous nos loques jusqu’en cassation ?

Ci-dessous les conclusions déposées par la Mairie de Saint-Jean-du-Gard, celles de Delphine MAILLARD et Patrick PASANAU, et celles des deux intervenantes volontaires, Claire LIVOTI et Marie PAGET.

 

Conclusions de la Mairie de St-Jean-du-Gard

Conclusions MAILLARD-PASANAU

Conclusions LIVOTI-PAGET

 

comment venir a la borie

À saint jean du gard suivre la direction vallée française. À un moment dans les tournicotis un panneau « la borie » sur la droite. Attention plus aucun reseau téléphone portable dans le coin suite à l’incendie de l’antenne téléphone. (les réseaux de téléphone portable sont à peu près revenus !) Vous allez nous trouver !

Apporter un témoignage pour la Borie dans la procédure

Les habitant-es de La Borie sont en cours de procédure d’appel de la décision d’expulsion, dans le but d’obtenir des délais, voire de faire tomber à l’eau cette procédure. Une des possibilités de soutien, pour cell-eux qui peuvent, est d’appuyer la procédure en justice en apportant un témoignage…

Imprimer et remplir une attestation de témoin

Continue reading « Apporter un témoignage pour la Borie dans la procédure »